Cacophonie

(13 mai 2013)

Le grand drame de notre temps, c’est que l’on sait tout. Tout, à tout temps, à toute heure, sur tout le monde. On sait quand on nous écrit, on sait quand on nous ignore. On sait qui on nous préfère, on sait à qui on est préféré. On en sait trop, et on n’est jamais rassasiés. Et lorsqu’on ne sait plus, c’est le drame. On a peur d’être déconnecté, d’échapper à la hiérarchie sociale, au rythme incessant des ces milliers d’aiguilles qui nous rappellent que nous ne sommes qu’un ou une parmi tant d’autres. L’individualisme n’est plus, la particularité est morte. On nous fait rentrer dans des cases maquillées en réseaux, nous ne sommes plus que des murs s’entrechoquant dans la cacophonie assourdissante qu’est devenue notre quotidien. Ce n’est plus une addiction, c’est devenu une vie.  On a oublié que l’amour est mystère, que le mystère est amour.

Advertisements

Speak up !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s